Purée de potimarron à l’orange, saveur pain d’épices

pureepotimarronUne purée à la texture ultra-veloutée et au goût chaud et doux. Pour l’hiver, quoi!
Ingrédients :
 
– Un potimarron bio
– 1 oignon rouge
– Huile d’olive
– Sel, poivre
– Épices « pain d’épices » (mélange tout prêt du commerce), ou un mélange pilé de cardamome, cannelle et anis.
– Une petite orange bio
 Laver le potimarron à l’eau et le couper en deux.
Oter les graines avec une cuillère à soupe.
Couper en cubes avec la peau.
Émincer l’oignon.
Mettre le tout dans une sauteuse avec 1 cuillérée à soupe huile d’olive.
Saupoudrer de poudre d’épices « pain d’épices ».
Ajouter l’orange lavée et coupée en rondelles.
Faire sauter 5 à 10 minutes en remuant de temps en temps.
Verser 1 verre d’eau.
Couvrir et faire cuire en remuant de temps en temps jusqu’à ce que le liquide ait presque disparu.
Verser dans le blender (enlever l’orange) et mixer pour obtenir une purée très lisse.
Nous avons dégusté cette purée tiède avec des lentilles à l’indienne (cuites avec un coulis de tomates, oignon, coriandre et épices) et un riz Basmati à la cardamome.

 

Tarte tomatofumé

tartomatofuméOuais, c’est pas vraiment une « recette » vu que tout le monde sait faire la tarte à la tomate et à la moutarde… Mais c’était bon et super rapide.
Ingrédients :
– 1 rouleau pâte feuilletée sans beurre
– 2 ou 3 tomates
– 2 cuillérées à soupe de Moutarde
– Tofu fumé (1/2 bloc) coupé en lanières
– 1 CS huile d’olive
– 5 olives noires dénoyautées coupées en rondelles
– Huile d’olive
– Sauge en poudre (ou autre herbe à votre disposition)
– Poivre moulu
Dérouler la pâte et la placer avec le papier sulfurisé sur une plaque à four.
Piquer la pâte avec une fourchette.
Tartiner la pâte de moutarde, en laissant un contour de 2cm environ.
Déposer les tomates coupées en rondelles, puis les lamelles de tofu fumé.
Ajouter les rondelles d’olives noires, la sauge, poivrer.
Verser un très fin filet d’huile d’olive sur la tarte (l’équivalent de 2 cuillérées à café).
Faire cuire 25 minutes au four à 180 degrés.
Manger chaud ou tiède.

Sauce « bolognaise » végane au chou romanesco

saclaPour cette sauce à pâtes, le chou romanesco, avec ses petits grains, donne une belle texture granuleuse qui rappelle la sauce bolognaise à la viande. Mais ici, c’est « tout légumes »!

Ingrédients :

– 1 petit chou romanesco coupé en dés
– 3 carottes coupées en rondelles
– une poignée de haricots plats coupés en tronçons
– 3 oignons rouges
– 1 boîte de tomates concassées
– une brique de 500ml de coulis de tomates
– 1 bocal de 190g de caviar de tomates à l’ail Sacla
– huile d’olive

Faire cuire à la vapeur le chou romanesco, les carottes et les haricots plats.
Dans une sauteuse, faire revenir doucement les oignons coupés en lamelles dans une cuillérée à soupe d’huile d’olive.
Ajouter les légumes cuits à la vapeur. Faire sauter quelques minutes.
Verser les sauces tomates et laisser mijoter 10 minutes environ.
Mettre la préparation dans un blender et mixer grossièrement : il faut conserver la texture granuleuse du chou romanesco.

Cette sauce est parfaite pour des spaghetti ou pour préparer des lasagnes.

Simple soupe au vert

vertpoireauJe ne sais pas pourquoi, j’ai toujours entendu dire que le vert des poireaux était inutile, qu’il alourdissait le poids du légume à l’épicerie pour rien, vu qu’on le jetait ensuite…. n’importe quoi!
En fait, je garde précieusement le vert des poireaux, je l’émince et le met au congélateur. Il me sert pour les soupes, pour donner du goût à une poêlée de légumes, une poignée dans un riz cantonais ou sur une tarte salée…

Ingrédients :

– le vert de 2 ou 3 poireaux émincés
– un tout petit panais pelé et coupé en cube (petit, sinon son goût est trop intense dans la soupe)
– 5 pommes de terre moyennes pelées et coupées en cubes
– 1 cube de bouillon de légumes

Dans une marmite, mettre tous les légumes, le cube de bouillon, et remplir d’eau jusqu’à hauteur des légumes.
Faire cuire une vingtaine de minutes.
Mixer au blender (ou au mixeur plongeant).
Pour donner de l’onctuosité on peut aussi ajouter un peu de crème de soja, ou un yaourt au soja nature.

Servir bien chaud avec du pain grillé.

Potée couscous

legumes-couscousLe genre de repas super simple pour les soirs de semaine où le sort s’acharne…

Ingrédients :

– Un sachet de légumes pour couscous surgelés (là, c’était de la marque Picard)
– Un peu d’huile d’olive
– Des épices pour couscous ou du Ras-el-Hanout en poudre
– un cube de bouillon de légumes délayé dans 200 ou 150 ml d’eau

Mettre tous les ingrédients dans le rice-cooker.
Couvrir et mettre en marche.
C’est cuit lorsque l’appareil se met en mode « maintien au chaud ».

C’est très bon et bien fondant.
J’ai servi les légumes bien chauds avec du couscous au chanvre (marque Priméal).

Restes de salades, lentilles vertes et rice-cooker

lentillesvertesLe « rice-cooker », c’est un accessoire très précieux : le riz y est cuit comme dans les restaurants chinois, mais j’y fais aussi mijoter plein de choses : légumes, lentilles, pommes de terre…

Ce soir-là, il restait des carottes râpées et un bol de salade de tomates.
Mais pas assez pour 4 personnes.
Les hors d’oeuvre ont donc plongé dans le rice-cooker avec les lentilles!

Ingrédients :

– un bol de carottes râpées (même déjà assaisonnées)
– un bol de salade de tomates (même assaisonnée aussi)
– 2 grains d’ail
– 1/2 oignon gros, ou un oignon
– 1 courgette coupée en bâtonnets
– un grand bol de lentilles vertes du Puy
– 1 cube de bouillon de légumes

Dans le rice-cooker, mettre les carottes, les tomates; les grains d’ail épluchés et coupés en 2 (en ayant enlevé le germe), l’oignon émincé, les courgettes.
Remuer.
Ajouter les lentilles.
Mouiller d’eau.
Il faut que l’eau recouvre tous les ingrédients.
Emietter le cube de bouillon et remuer.
Couvrir, lancer le rice-cooker…
De temps en temps, mélanger et vérifier que ça n’attache pas au fond.
Si vous voyez que cela attache un peu, mais que les lentilles ne sont pas tout à fait cuites, rajoutez un peu d’eau.
La cuisson est terminée lorsque le cuiseur à riz se met en position « maintien au chaud ».

Mais pourquoi dire « rice-cooker » plutôt que « cuiseur à riz »? J’ai mes raisons…

La frita de Manuela

Frita crue (avant cuisson!)Cette frita, c’est celle de ma grand-mère.
Tradition pied-noir, la frita est utilisable de multiples façons : en chaussons, sur une tarte, comme base de sauce, ou pour accompagner du riz, de la semoule.
Moi, je la préfère froide, avec un peu de pain et rafraîchie d’un jus de citron…

Ingrédients :

– 1 gros oignon
– 4 poivrons (le mieux, c’est de n’avoir que des poivrons rouges, mais ici, il y en avait un vert)
– 2 grosses tomates mûres (ou une grosse boîte de tomates concassées hors saison)
– huile d’olive, sel, poivre

Faire revenir l’oignon émincé dans une cuillérée d’huile d’olive.
Les faire blondir légèrement.
Ajouter les poivrons coupés en tronçons. Faire cuire 5 minutes en remuant.
Ajouter les tomates coupées en cubes, avec leur peau.
Faire mijoter doucement, longtemps, jusqu’à ce que la frita soit fondante et bien odorante.
Si vraiment ça accrochait, vous pouvez ajouter un peu d’eau.
Saler, poivrer en fin de cuisson.

On peut aussi faire de la « coca » avec la frita. La coca, ce sont des chaussons de pâte toute simple fourrés à la frita. En pique-nique, en entrée, à l’apéritif, c’est délicieux. On peut les manger chauds, mais froids, je préfère! Une recette qui ressemble beaucoup à celle de ma mémé, sur le site Couleur Kémia : Coca à la frita.